Construire un packaging efficace 

Mettre un produit sur le marché c’est  faire face à la concurrence. Pas toujours évident d’avoir un packaging qui convainc le client de choisir son produit plutôt que celui juste à côté.

Le packaging est donc primordial : il doit être réfléchi et construit de manière pertinente pour être efficace.  S’il apporte les réponses aux questions du client, il a toutes les chances de le convaincre d’acheter … et  donc d’augmenter votre chiffre d’affaires .

Votre charte graphique est bien claire, précise ? Mais concernant le contenu, comment faire pour construire un packaging percutant ?

  • Je pose ma casquette d’expert et je chausse mes lunettes client :

Mettez vous à la place de votre client et surtout ne faites pas un copier-coller de votre cahier des charges techniques.  Limitez les caractéristiques techniques au strict minimum, mais pensez à mettre en avant les bénéfices qu’elles apportent au client .

Gardez toujours à l’esprit que le client n’achète pas un produit mais une solution à sa problématique.

Peu de clients savent que la puissance en bars d’un fer indique la puissance d’expulsion de la vapeur et donc l’efficacité de votre fer à repasser. Alors que si vous indiquez que les 5 bars permettront de repasser des tissus épais, là l’information sera claire pour le client et… même encore plus percutante si vous l’indiquez sur une échelle complète de ce qui existe sur le marché ( de 2, 4 à 5 bars ) 

  • Je parle en langage client : 

Ecoutez ce que vous dit votre client, utilisez ses termes.

Plutôt que de parler d’un grain 80 sur un papier abrasif, pensez à ce que demanderait le client :  un papier abrasif pour décaper son portail en fer . 

Faites le lien sur le packaging entre l’information technique et la problématique du client .    ( ici lier le grain 80 à l’action de décaper )

  • Je suis cohérent sur l’ensemble de ma gamme

Si vous devez faire  les packaging d’une gamme de produits, prenez du recul.  Ne regardez pas les packaging un à un mais la gamme complète dans son ensemble. Soyez cohérent sur l’ensemble. ( design des pictos, photos …)

Mais éviter de parler des autres produits sur vos packaging , si votre gamme change , il faudra refaire l’ensemble !

  • J’intègre des photos , des pictos du produit en action

Rien  de plus parlant qu’une photo du produit en action . Le client peut immédiatement  comprendre à quoi sert le produit et s’il correspond à sa recherche.

Pour l’achat d’un aspirateur pour des travaux : si le client peut voir sur une photo si le produit aspire  la poussière, l’eau ou des gravats, il saura immédiatement quel produit pour son besoin .Les caractéristiques techniques seront là pour confirmer son choix . 

Si votre packaging est trop petit par rapport à la quantité d’informations nécessaires : pensez à y intégrer un QR code qui pourra renvoyer sur une notice de pose , votre site internet ….

  • Je vérifie l’orthographe 

C’est évident, mais ça va toujours mieux en le disant …on relit et on fait relire ses textes. Les fautes d’orthographe sur un packaging diminuent la perception de la qualité de votre produit . Ça vaut la peine d’y passer un peu de temps .

  • Je partage mes éléments avec les autres canaux 

Les éléments que l’on retrouve sur le packaging  ( nom du produit , photo , pictos …)  doivent être les mêmes sur tous les canaux de communication .  Une grande majorité de clients font des recherches en ligne avant de venir acheter le produit en magasin . Rien de pire que de passer son dimanche à se renseigner sur un achat et … le lundi ne pas pouvoir identifier le produit en magasin car le nom n’est pas le même, les photos ne se ressemblent pas.  ( pensez à faire une charte et un cahier des charges pour vos photos !)

Besoin de regarder de plus près vos packaging ou de parler de votre future gamme ?  contact@advidea.fr

Ne vendez plus vos produits, vendez leurs résultats  !

On ne le répètera jamais assez : quand un client vient dans votre point de vente, sur votre site internet, vous sollicite, ce n’est pas pour acheter votre produit ou votre service . Il vient solutionner un problème, répondre  à un besoin .

Les caractéristiques techniques de votre produit peuvent être les meilleures qu’il soit, votre client peut ne pas les percevoir de la sorte.  Il ne fait pas forcement le lien entre ces dernières et le résultat que le produit ou le service va lui procurer.

Prenons l’exemple du petit électroménager . N’avez-vous jamais été pris d’angoisse devant le linéaire des fers et centrales de repassage en arrivant pour remplacer le ou la vôtre qui venait de vous lâcher ?

Une succession de produits. Des étiquettes très techniques affichant des notions qui ne vous parlent pas forcement : Pression en bars, débit de vapeur.  Alors que vous savez exactement ce que vous vous souhaitez : Un fer ou une centrale qui :

  • Repasse des tissus épais ( les chemises en coton de monsieur !)
  • Chauffe vite (  c’est toujours au dernière moment ! )
  • Avec une cuve qui peut se remplir pendant le repassage.

Besoins simples, mais comment savoir quel(s ) produit(s) correspond ( ent )  à cela ?

Pression de 4 bars ? 6 bars ? 8 bars ? Débit vapeur de 100 g/min ? 150 g/min ? 180 g /min  ne me parlent pas .

Si les étiquettes ou l’ILV m’indiquent que :

  • Plus la pression en bars est élevée plus mes tissus épais seront bien repassés
  • Et classifient les produits avec des étoiles sur ce critère, avec les mêmes pictos.

Plus le choix du client sera sûr, autonome et rassurant pour lui.

Idem pour le débit vapeur avec le gain de temps.

Indiquer le résultat qu’apporte le produit est beaucoup plus parlant et facilite le choix du consommateur .Celui ci  sera rassuré quant au produit choisi  et à toutes les chances de devenir un client fidèle, en confiance par rapport à votre marque, votre enseigne .

Adapter son discours et le construire autour des attentes de ses clients est une condition incontournable pour accroitre son chiffre d’affaire .

Cela est vrai pour tous les produits ou services : vendez de la performance, du résultat.

Et n’oubliez pas d’avoir ce même discours quelque soit votre canal de communication …mais ça, c’est pour un autre article !!!

Globetrotter Cologne : l’expérience client au cœur du magasin

Le flagship de l’enseigne spécialiste des sports de plein air est un endroit magique pour les sportifs . 7000 m2 sur 4 étages sont dédiés aux tests  produits en conditions réelles.

Une expérience unique en Europe.

Imaginez mettre à l’eau votre canoë dans un bassin, ou plonger à 4 m pour tester le matériel qui vous fait tant envie.

Pour les moins téméraires, il est possible de tester l’étanchéité de ses bottes, de son imper dans la grotte à pluie. Celle-ci, équipée d’un variateur permet de passer par tous les types de pluies : bruine, averse ou même tempête.

Vous pouvez également tester anoraks et  gants dans la chambre froide. Un système de visualisation vous indiquera  votre perte de chaleur avec chaque produit.

Et si l’envie vous dit, l’espace glace vous attend .Vous verrez si votre futur sac de couchage ou tente vous amènera jusqu’au haut du mont blanc bien au chaud .

Envie de partir en randonnée ? Testez vos chaussures sur différents types de sols ( cailloux, rochers, terre …) .

On ne le redira jamais assez : le client n’achète pas un produit mais un usage, une solution à sa problématique . 

Globetrotter, l’a bien compris et a merveilleusement bien mis le focus sur le produit. C’est LA star du magasin.  Tout est fait pour que le client reparte satisfait, sûr que l’article acheté  correspond à son besoin.

Et pour compléter l’expérience client jusqu’au bout, l’enseigne dispose également d’une agence de voyage et d’un cabinet médical pour effectuer les vaccins.

Segmentez votre offre par usages ou par solutions

Segmenter une offre, c’est la rendre  plus lisible,   plus compréhensible pour son client .

Mais comment faire ?

Aujourd’hui, tout le monde segmente : par taille, par puissance, par couleur…mais le client s’y retrouve-t-il pour autant ?

La segmentation par des caractéristiques techniques  est rassurante pour les équipes achat : cela permet de vérifier que la largeur et la profondeur de gamme  sont bien au rendez vous . Mais à trop vouloir parler technique, on fini par perdre son client en compliquant l’acte d’achat et là …DANGER !!

Repensez à un achat que vous avez sans doute déjà fait : prenons au hasard  un fer à repasser. Vous saviez ce que vous vouliez mais en arrivant dans le rayon, grand moment de solitude face à la multitude de produits alignés, avec chacun une étiquette produit rivalisant avec celle de la référence voisine. Vous avez beau  vous  concentrer, chaussez vos lunettes, la liste impressionnante de caractéristiques techniques vous donne plus le vertige que l’envie d’acheter . Puissance, débit de vapeur, capacité( de quoi d’ailleurs ? ), pression, pressing … vous êtes perdu ! 

Alors comment faire pour communiquer efficacement sur sa gamme de produits ou de services ?

Parler d’usage produit, ou de solutions à une problématique est beaucoup plus puissant et clair pour le client . En ces moments anxiogènes, l’heure est à la réassurance y compris dans l’acte d’achat . Pensez client , utilisateur . Identifier ce qu’il veut, sa problématique .

Reprenons votre achat d’un fer à repasser : vous étiez jeune célibataire  très fraîchement installé ?    adepte des chemises en coton bien repassées  ?  peut être à la tête d’une large tribu de têtes blondes  ?  forcement votre besoin et l’utilisation que vous allez faire de ce fer à repasser ne sera pas le même. Un segmentation par l’usage vous aurez permis immédiatement de vous orienter vers les modèles correspondants à votre attente . 

Si le client trouve une réponse à sa problématique  ou à l’usage qu’il veut faire du produit grâce à une segmentation simple ( packaging, plv, site internet …) son acte d’achat se fera en toute confiance, Il sera moins tenté de regarde l’offre concurrente. Un client rassuré est un client satisfait et …un client qui revient …CQDF!!

Le cas Bonduelle : le légume n’est plus un produit mais une solution !

En 2017 , Bonduelle  Food Service,  la branche BtoB de Bonduelle a travaillé sur une nouvelle ségmentation de son offre , en collaboration avec l’agence Insight Culture . 

Malgré des commerciaux  très à l’aise avec la segmentation téchnologique de leur gamme ( légumes frais , vapuer , conserverie ) , le marché était en stagnation . 

Se posait alors la question du comment faire pour augmenter la consommation et donc l’utilisation des légumes souvent delaissés dans les préparations des chefs . 

Bonduelle a décidé d’opter pour une approche centrée sur l’usage du produit en observant les chefs à l’oeuvre en cuisine de la coupe au dressage en passant par le préparation des légumes par les chefs . 

Suite à ces observations , le discours a totallement changé : Les haricots , carottes , oignons ne sont plus vus comme des produits , ils ne sont plus la base du discours . Ils sont maintenant considérés comme des solutions apportées aux chefs . 

Les commerciaux de Bonduelle se sont vite adaptés pour fournir des arguments de ventes forts pour les intermédiaires . Toute la communication a été revue pour épouser cette nouvelle approche  de classement par rôle . 

Une nouvelle signature est née …’ les légumes qui envoient ‘ !! 

Envie d’en savoir plus ? c’est par ici !